TPAgile

Pour un transport public efficace et attractif partout

Sur tous les plans, la pertinence du transport public repose essentiellement sur la capacité à remplir des véhicules d’une taille suffisamment importante.

Hors des contextes favorables des centres des villes ou des heures de pointe, le transport public doit atteindre le meilleur équilibre entre un niveau de fréquence suffisant pour être attractif, et suffisamment faible pour ne pas faire circuler de véhicules trop vides.

Actuellement, les variables d'ajustement sont principalement basés sur la fréquence de passage, en se situant entre les deux cas extrêmes suivants : 

  • Une offre basée seulement sur le niveau de service (ex : un véhicule toutes les 10 minutes, quel que soit son remplissage), produite aux prix d’une dépense publique ou d’une consommation de carburant par voyage souvent démesurée, ce qui revient à une efficacité inférieure au transport individuel, sans possibilité d’amélioration du fait d’une demande non captée inexistante
  • Une offre basée seulement sur le taux de remplissage (ex : un véhicule une seule fois par jour aux heures scolaires, aucune offre le reste du temps), qui atteint généralement un niveau de service intolérable pour les clients non captifs, qui n’utilisent jamais cette offre. Dans ce cas, le recours au transport individuel devient une obligation pour la clientèle, avec les conséquences que l’on connaît. De plus, mettre en place des offres pour seulement quelques courses quotidiennes génère des coûts importants par non atteinte des seuils critiques (ex : mauvais amortissement des véhicules, des temps de prise de service, des trajets à vide, etc.)

Ceci s'explique par les méthodes historiques du transport public, qui s'appuient sur le concept de lignes, y compris lorsque l’infrastructure ne l’impose pas. Une ligne fixe le trajet des véhicules, qui le parcourent généralement plusieurs fois par jour, selon un horaire précis.

Pour répondre plus efficacement à ces problématiqus, tant pour le client qu'au niveau des coûts, le centre de compétences Transport Public Agile propose d’explorer toutes les possibilités offertes par l’introduction d’une souplesse géographique dans l’offre de transport public routier, constituée comme suit :

  • tronçons à desserte facultative
  • zones de desserte variable orientée
  • zones de desserte libre

La mise en place des dessertes assouplies géographiquement s’accompagne de la définition de plusieurs éléments variables :

  • définition du temps disponible pour desservir
  • taille et caractéristique des véhicules
  • modalités de demande de desserte (moyens, délais, etc.)
  • disponibilité de moyens de complément en cas de dépassement de la capacité temporelle et/ou en nombre de places
  • capacité décisionnelle temps réel (régulation, commande de prestations de complément, etc.)

Le projet vise à définir un système de transport public intégrant la souplesse géographique dans son offre, sur les plans suivants :

  • Création d’une méthode déterministe de conception de la « meilleure » offre théorique (selon des critères à préciser, dont la valeur est fixée par les autorités publiques)
  • Formalisation d’une méthode d’exploitation, intégrant toutes les manœuvres de régulation propres au système
  • Création d’une méthode d’analyse de la performance du système, selon tous les axes définis lors de sa conception (vue client, vue autorité, vue exploitation, etc.)
  • Création d’une méthode d’adaptation du système, tenant compte de son usage après une période d’exploitation passée et/ou une remise à jour des critères fixés par les autorités publiques
  • Développement de tous outils informatiques nécessaires à la réalisation des objectifs

Transport Public Agile

Membres